• Distribution à l'ouverture du Mucem / Marseille

    Une distribution inattendue accompagne l'ouverture du Mucem, à Marseille. 

    Sur ces "tracts", les personnels les plus en vue de la "scène politique" sont mélangés au gré de leurs affinités. Les monstruosités qui en découlent constituent un thème de peinture et de distributions en direction du public non trié de la rue, et celui plus ciblé des inaugurations. 

    Ainsi à un mois et demi de distance, l'ouverture de la rétrospective de Keith Haring "the political line" au musée d'art moderne de la ville de Paris et l'inauguration du Mucem, voient se répondre des actions dans lesquelles se mêlent le militantisme - il s'agit de militants du Front de Gauche et du parti communiste - et des oeuvres d'art aux prises avec la rencontre d'un public sans médiation institutionnelle.

     Autant cette expérience interroge le responsabilité et le champ d'action  culturel d'une organisation politique qui revendique d'autres pratiques politiques et culturelles à inventer, autant elle revisite l'héritage de l'art "engagé" pour tester s'il est possible de résister à l'érosion poétique qui toucherait fatalement une oeuvre affrontant les enjeux critiques de la société en crise.

    Que le politique et l'art soient aujourd'hui amenés à sortir des chemins tracés, des classements et des cloisonnements, tend à rendre le public acteur d'une critique sociale et artistique immédiate : celle qu'il est amené à se construire par ses moyens propres.

     

    Un grand merci aux militants de Marseille et longue vie au Mucem !! 

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :