• Les grands et les petits

     

     

    Les grands et les petits

    Site de France-Info, ce matin. 

     

    Cette capture d’écran résume bien la situation de la politique. Elle donne parfaitement à imaginer à quel point le clivage entre la politique authentique et la politique politicienne reste intact de décennies en décennies.

    Vous avez d’un côté la fin d’un homme qui a, contrairement aux insultes d’un microscopique Nicoléon (qui lui, sans avoir fait autre chose que nuire, sortira de l’Histoire par la corruption), a fait faire en tant qu’africain, en tant qu’homme, un pas immense à  l’Histoire de l’Humanité vers la justice.

    Et de l’autre, vous avez l’incarnation de l’imposture la plus conforme à la définition :

    IMPOSTEUR n.m. (1532 ; bas lat. impostor, de imponere « tromper »). Celui qui abuse de la confiance, de la crédulité d’autrui par des discours mensongers, dans le dessein d’en tirer profit. V. Charlatan, menteur. Démasquer un imposteur. Celui qui cherche à en imposer par de fausses apparences, des dehors de vertu. V. Hypocryte. — Le Tartuffe ou l’Imposteur, comédie de Molière. —Celui qui usurpe le nom, la qualité d’un autre. Thomas l’imposteur, de Cocteau.

    (Petit Robert 1967)

     

    Et le voici qui repart en guerre ! Sachant pertinemment que ce sont les formes les plus violentes du néo colonialisme capitaliste ainsi engendré par les multiples plans d’ajustement structurels depuis quarante ans sur l’Afrique qui poussent l’océan des misères à s’entre déchirer, il lance à nouveau la guerre ! Puisqu’elle rapporte aux multinationales qui, par elle, renforcent encore leur emprise sur les formidables ressources de ce continent, pourquoi s’en priver ?

    Ces plans d’ajustements structurels, appliqués à l’Afrique, le sont désormais à l’Europe, avec les résultats que l’on sait.

     

    Il suffit pour mesurer le rôle historique de la social-démocratie libérale, de comparer les longueurs des cortèges de protestation soulevés par exactement les mêmes réformes des retraites (mêmes intox, mêmes moyens, mêmes méthodes antidémocratiques pour les imposer) des présidents Sarkozy et Hollande : Avec Sarkozy, la mobilisation n’a pas empêché le recul, mais elle fut forte ; insuffisante, certes, mais forte. Avec Hollande, la mobilisation fut faible, très faible, et le recul s’est accentué au nom des mêmes préceptes, et au profit des mêmes milieux d’affaires. Voilà pourquoi, à bien peser, choisir le parti socialiste dans sa forme actuelle constitue le plus sûr garant de la perpétuation de l’emprise des riches sur le reste du monde.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :