• Sinistre farce

     

     

    Le remplacement de Montebourg par Macron, le second étant applaudi par avance par le premier à la passation, montre qu’il n’y a aucun clivage de fond et que tout ce numéro d’Arnault Montebourg ne vise qu’un objectif : se tailler à lui-même un costume pour les présidentielles de 2017, en remplacement de Hollande. Et, avec cette sinistre farce, c’est donc toujours et encore le PS qui tiendrait les ficelles, oblitérant constamment le Front de Gauche et la contestation sociale, bien anesthésiée il est vrai ( mais n’est-ce pas là le rôle fondamental du parti socialiste ?).

     

    Le coup est bien joué, et placer Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l’Éducation en est un autre très joli. Une jeune et jolie femme, issue de l’immigration maghrébine, bonne élève,… que désireraient de plus les enseignant(e)s pour s’endormir plusieurs mois pendant qu’on dépèce l’école de la République avant de s’apercevoir du stratagème. Car la place d’une femme de conviction et de gauche n’est certes pas dans ce gouvernement de sabordage complet de l’héritage du conseil National de la Résistance. Avec sa jeunesse, elle se prépare un avenir de femme présidente, sans doute à la suite de Marine Le Pen.

     

    Ce qui s’appelle faire de bons calculs…

     

    Comment ne pas passer pour amer lorsque de Gaza à Florange, des retraites aux hôpitaux, du CICE à Snowden, on doit assister impuissant à tant de destructions et de trahisons, de perpétuations d’un ordre scandaleusement injuste et inhumain, et que les années passent. Sans perspectives autre qu’aggravation et enfoncement dans toujours plus de violence économique, sociale, idéologique, d’ignorance…

     

    L’excellent livre « Roms et riverains, une politique municipale de la race » d’Éric Fassin, Carine Fouteau, Serge Guichard et Aurélie Windels paru chez La Fabrique éditions en 2014, montre le degré de mensonge et de violence dont sont capables les élus et ministres de gauche plus encore que de droite (car à droite on sait en principe à quoi s’en tenir), pour la conquête du pouvoir, en lâchant à la vindicte populaire des gens encore plus pauvres et démunis que le riverain ordinaire (http://www.franceinfo.fr/actu/societe/article/en-france-des-enfants-meurent-encore-dans-la-rue-557801). Tous les mécanismes de la stigmatisation et de l’exclusion des droits essentiels sont analysés avec finesse, et donnent en même temps un portrait repoussant de la démocratie électoraliste telle qu’elle a obstrué totalement le débat politique en France.

     

    Ce ne sont certes pas ce genre de livres que Sciences-Po ou l’ENA donnent à lire à leurs petits élèves, et encore moins les édiles municipaux trouveront le temps de les étudier, pris comme ils le sont dans leurs multiples tâches au fond desquelles ils sont si fiers de se laisser engloutir, par goût pour l’exercice personnalisé du pouvoir. À cet égard, l’article remarquable du petit journal de grande qualité « L’Âge de faire » de juillet août 2014, intitulé : « Saillans : la révolution participative est en marche ! » porte un éclairage encourageant sur l’avenir de la politique locale.

     

    Cela sera-il suffisant pour engendrer des remises en question à l’échelle nationale vis-à-vis de la pression des banques, de la commission européenne ou des États Unis avec le trop peu connu accord de commerce transatlantique (appelé TAFTA parmi une infinité d’autres appellations entretenant le flou) ? Je n’en suis pas certain. C’est pourquoi la mobilisation politique au sein d’organisation telles que le Front de Gauche permettant d’avoir un poids national, est aussi indispensable. Mais nombreux sont ceux qui ayant trouvé un os à ronger, s’y consacrent exclusivement et (si je puis dire) à temps plein !

     

    Pour preuve, à peine ses fonctions prises, M. Macron a commencé à attaquer les « idées de gauche » qu’il présente du haut de son parcours d’énarque et de banquier comme une « étoile morte » (le contraire eut été étonnant), et qui entreprend le deuxième jour d’exercice de son ministère, d’attaquer les 35 h, immédiatement relayé par le second du MEDEF (http://www.franceinfo.fr/actu/politique/article/35h-roux-de-bezieux-pour-un-demontage-progressif-557291). Les idées de droite, libéralisme en tête, à l’origine des milliards de pauvres de la planète, et des centaines de millions de chômeurs, les ravages écologiques irréversibles mondiaux tandis que se gavent les quelques milliardaires sans cesse plus riches, voilà en effet quelque chose qui semble bien vivant, je dirais même un astre en pleine explosion de vitalité destructrice.

    Est-ce un critère pour se coucher devant ses entreprises idéologiques pour écraser un peu plus les plus pauvres ? Sans doute non, d’autant qu’il est, concernant par exemple les 35 h, peu compréhensible qu’en obligeant les gens à travailler plus longtemps, cela libère des emplois pour les chômeurs. Cela vise au contraire à limiter, en les concentrant, les salaires, sur une charge de travail accrue alors que tous les indicateurs témoignent d’une aggravation des rythmes, des conditions, des charges et des statuts au travail, au détriment de la santé publique, de la qualité des productions (défauts qui ont un coût à la charge de la collectivité), mais au seul et unique profit des actionnaires de la classe dorée des super riches.

    Ce sont ces gens-là qui tiennent absolument à nous faire oublier la « lutte des classes », parce qu’ils en sont les seuls bénéficiaires, comme l'a très bien reconnu le milliardaire Waren Buffet : "Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."

     Alors, ces campagnes orchestrées par les « socialistes » représentant le milieu financier, regardons les pour ce qu’elles sont : de la propagande diligemment relayée par les médias des riches publics ou privés. Les démentis apportés quelques heures après par le premier ministre font partie du stratagème pour « tester » et habituer l’opinion. La guerre idéologique habituelle, à grosse dose, rien de plus…

      

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :